menu
menu

Vélo et ITS : utilisation de caméras intelligentes pour améliorer la sécurité des cyclistes

Cet article a été originellement publié en néerlandais sur Mobiliteits Platform et peut être consulté ici.

 

La sécurité routière est un thème important de la planification des transports depuis des années. De plus en plus, les gouvernements, depuis le niveau européen jusqu’au niveau local, se sont fixé pour objectif de réduire à zéro le nombre de décès dus à la circulation, avec la volonté d’investir pour y parvenir. Dans le même temps, nous constatons les difficultés à réaliser ce type d’objectif. L’Union européenne, par exemple, n’a pas réussi à réduire de moitié le nombre de décès sur la route entre 2010 et 2020, alors qu’elle avait déjà pris des engagements dans ce sens. Aux Pays-Bas, où le nombre d’usagers et le volume de trafic ne cessent d’augmenter, le nombre de décès de cyclistes a augmenté l’an dernier. Nous nous demandons donc : comment les Systèmes de Transports Intelligents (STI, ou ITS en anglais) peuvent-ils nous aider à relever ce défi ?

 

Analyse de l’intersection entre les rues Assendorper et Luttenberg à Zwolle, Pays-Bas

Lorsqu’on s’attaque aux goulots d’étranglement en matière de sécurité routière, on a encore tendance à s’appuyer sur les données relatives aux accidents. L’inconvénient de cette approche est qu’un goulot d’étranglement ne devient apparent qu’une fois que quelque chose a effectivement mal tourné, et les données relatives à l’emplacement spécifique peuvent être peu claires. En outre, la fréquence des incidents à cet endroit peut se limiter à un seul ou à quelques-uns (un faible N, où « N » est égal au nombre d’incidents), ce qui rend parfois difficile de déterminer s’il s’agit d’un cas exceptionnel ou si une action est réellement nécessaire. Cette approche réactive s’accompagne parfois d’une contribution subjective des résidents par le biais de concertations, de plaintes et de rapports. Ces préoccupations impliquent souvent une insécurité subjective, où les données concrètes pour appuyer le sentiment de manque de sécurité peuvent être inadéquates.

C’est ici que les analyses de conflits avec l’utilisation de caméras intelligentes offrent de nouvelles opportunités. Les caméras enregistrent les différents types d’usagers de la route, la route qu’ils empruntent et la vitesse à laquelle ils se déplacent. Même les « quasi-accidents » ou les « quasi-conflits » sont enregistrés. Il en résulte des données concrètes, avec un « N » élevé, et un aperçu des types de conflits et du comportement des usagers de la route. De cette façon, une approche ou une intervention plus ciblée et proactive peut être réalisée (voir aussi : Aperçu des situations de conflit dans MobiliteitsPlatform 2021- en néerlandais).

 

Exemples de BITS en Belgique et aux Pays-Bas

Dans le cadre du projet BITS (Bicycle Intelligent Transportation Systems), les caméras intelligentes sont utilisées de diverses manières pour mesurer et améliorer la sécurité des cyclistes. Par exemple, Viscando a utilisé des caméras intelligentes pour cartographier une intersection dans la Province d’Anvers où se rencontrent une véloroute, une ligne de chemin de fer et une route très fréquentée, et où les accidents sont nombreux. L’étude a clairement montré que les cyclistes et les piétons n’utilisent pas seulement les points de passage indiqués, mais aussi l’ensemble du carrefour pour traverser. En outre, les cyclistes utilisent dans les deux sens les pistes cyclables à sens unique du passage à niveau situé à proximité. De plus, les rayons de braquage aux passages pour cyclistes sont trop abrupts.

Conflits de circulation sur une intersection de Bornem, Belgique

 

Grâce aux résultats de l’analyse, la Province a pu modifier la conception du passage à niveau en utilisant des interventions relativement simples pour réduire les risques majeurs pour les cyclistes. Cette approche a même valu à la Province le Prix Flamand de la Sécurité Routière en 2020. Luk Lemmens, député de la Province d’Anvers, est donc assez enthousiasmé par les résultats : « C’était la première étude de ce genre et nous espérons la répéter dans d’autres endroits. Nous voyons l’intérêt de réaliser également ce type d’analyses d’intersections à d’autres endroits à l’avenir ».

Cette méthode innovante est également utilisée dans la ville de Zwolle. Mobycon a visualisé divers lieux de conflit à l’aide de caméras intelligentes. Souvent, seules des interventions mineures étaient nécessaires pour améliorer sensiblement la sécurité des cyclistes.  Alexander Kamermans, coordinateur vélo pour la municipalité de Zwolle, a déclaré : « Mobycon a réalisé pour nous une analyse des conflits à l’intersection de l’Assendorperstraat et de la Luttenbergstraat. Sur la base de cette étude, nous travaillons maintenant à différentes solutions d’aménagement pour améliorer la sécurité du trafic ».

En conséquence, des économies ont également été réalisées, car la municipalité a pu mener une intervention très ciblée. En outre, Zwolle va utiliser cette technique pour suivre l’un de ses autres projets dans le cadre du BITS. La municipalité va mettre en place un système d’avertissement intelligent à un passage cycliste et les caméras mesureront l’impact de ce nouveau système sur la sécurité des cyclistes. Les caméras peuvent ainsi être utilisées pour effectuer un étalonnage à partir d’une mesure de référence.

Classification des risques basée sur la vitesse et le temps avant le conflit

 

Vers une comparaison et une hiérarchisation des projets

Les exemples ci-dessus montrent que cette technique peut être utilisée à la fois pour identifier les changements souhaitables et pour suivre l’impact de mesures spécifiques pour améliorer la cyclabilité. En outre, cette technique se prête parfaitement à la hiérarchisation des projets en cartographiant la sécurité objective de différents endroits, en la comparant aux coûts d’amélioration et en comparant ainsi les projets.

 

Grâce au projet BITS, nous pouvons partager les données de différents fournisseurs, harmonisées et fournies avec des indicateurs clés de performance sur www.bicycle-data.de et via le CycleDataHub. Nous vous invitons à y jeter un coup d’œil et, si vous disposez vous-même de données similaires, à les partager.

En relation